• Vous avez dit Prime !...Les salarié.e.s attendaient de vrais mesures salariales, la réponse est surréaliste !... Les organisations syndicales représentatives (CGT, FO, CFDT) étaient appelées à négocier sur la répartition de l’enveloppe allouée par le ministère pour le prime exceptionnelle. Aucune négociation, il s’agissait plutôt de nous informer sur l’arbitrage du Comex : Attribution d’une prime de 200 euros net aux seuls agents dont le coefficient développé (coef de base + points d’expérience + points de compétence) est inférieur ou égal à 259 points. Ce qui représente environ 20% du personnel, et rien pour près de 80% des autres salarié.e.s !

    Pour la CGT cela est inacceptable et montre encore une fois tout le mépris accordé au personnel. Cette proposition est soumise à signature aux organisations syndicales jusqu’au 12 mars. Faute de signataire, l’employeur devra revenir vers le Comex pour avoir mandat sur une éventuelle décision unilatérale lui permettant d’appliquer le dispositif.


  • Après plusieurs grèves où les salarié.e.s de la Sécu se sont massivement mobilisé.e.s, nous avons enfin une réponse du ministère  : uneInfo Salaires : Enfin des nouvelles du ministère ...
    enveloppe exceptionnelle sera consacrée à l’attribution d’une prime qui toutefois n’entre pas dans la cadre législatif de la prime Macron, et un taux d’évolution de la RMPP en légère augmentation afin de favoriser les négociations relatives à la classification. 

    Pour la prime, l’enveloppe allouée correspondrait à un montant de 60 à 70 euros par salarié.e...!! le directeur de l’UCANSS vient de nous informer que cette prime ne sera pas attribuée à tout le personnel, mais ciblée sur les bas salaires. Si la CGT ne conteste pas la nécessité de favoriser les bas salaires, elle a rappelé l’urgence d’une augmentation de la valeur du point et l’attribution d’une prime pour tout les agents. L’UCANSS va convoqué une réunion avec les organisations syndicales pour négocier l’attribution de cette prime ... À suivre donc, mais la CGT ne se contentera pas de se partager des miettes, le personnel n’attend pas l’aumône mais une vrai reconnaissance et valorisation de son travail.




  • Salaires - Primes ... : Toujours rien, que du mépris !Suite aux journées d'action des 18 décembre et 29 janvier, où le taux de grévistes était d'environ 30% sur toute l’institution, avec des chiffres atteignant 60% sur certains organismes, toujours aucune réponse face à l’urgence sociale et salariale exprimée par le personnel.

    Le 29janvier, sur notre région une délégation était reçue à la préfecture (Sabine Grangy y représentait la CGT de notre UGECAM), et une autre à Paris au Ministère des Solidarités et de la Santé. Nous avons tous décrit une situation totalement dégradée dans tous les organismes : aucune augmentation de salaires depuis plusieurs années, aggravation des conditions de travail, mutualisations-fusions-réorganisations permanentes, suppressions de postes, sous-effectif chronique... paradoxe dans un contexte qui demande plus de services publics répondant aux besoins de la population. Pour les UGECAM, nous somme intervenus sur les problèmes de sous-dotation mettant en péril les établissements de la Sécurité sociale, de recrutement de médecins ou de soignants (ASD..) rendu difficile par notre grille salariale avec des rémunérations insuffisantes...

    En réponse : un  peu de pommade ... sur la satisfaction quant à l'investissement de tout les agents ... Par contre rien sur la valeur du point ... quant à la prime exceptionnelle, elle serait toujours à l'étude avec une réponse claire sur fin janvier. Nous sommes début février et toujours rien .... Quel mépris envers les salarié.e.s et le dialogue social !!!


  • Depuis de nombreuses années, les politiques menées génèrent de fortes injustices sociales, territoriales et fiscales. La CGT n’a cesséPour répondre à l’urgence sociale, la CGT appelle à la grève le 5 février d’alerter les pouvoirs publics, de mobiliser dans les entreprises et les services contre les réformes régressives et pour une autre répartition des richesses produites dans le pays. Gouvernement et patronat sont restés sourds et ce ne sont les les mesurettes récentes annoncées en réponse au mouvement des gilets jaunes qui répondent aux urgences sociales. Les 57 milliards d'euros versés aux actionnaires démontrent l’ampleur des richesses créées par les travailleurs. Au delà des mobilisations citoyennes, il est indispensable de construire un rapport de force pour imposer la redistribution des richesses. 

    La CGT appelle les salarié.e.s, les jeunes, les retraité.e,s, les privé.e.s d’emploi à se mobiliser le 5 février pour obtenir :

    • une augmentation des salaires et des pensions
    • une réforme de la fiscalité plus juste, avec le retour de l’ISF
    • le développement des services publiques, partout sur le territoire, avec des moyens suffisants en personnel...

  • A l’origine d’une grève de 17 jours à la maison de retraite des Opalines à Fougeras (Jura) pour dénoncer un quotidien sous tensionA lire : « Epahd, une honte française » - Coup de colère d’une aide soignante ! permanente, Anne-Sophie Pelletier publie aujourd’hui un livre : « Ephad, une honte française » pour mettre en mots la détresse de nos aîné.e.s, mais aussi celle des soignant.e.s , qui sont des oublié.e.s de la République.

    «Ça fait plus de 20 ans qu’on tire la sonnette d’alarme, et rien ne change. Il est temps d’inventer des politiques qui permettent aux anciens de finir leur vie dans la dignité.... Le dysfonctionnement est intégré par tout le monde, les soignant.e.s passent leur journée à regarder l’horloge. On enchaîne les chambres sans respecter le rythme des personnes... » 


  • Depuis plusieurs mois, nous interpellons nos directions locales et nationale sur les revendications du personnel en matière de salaire, d’emplois etL’urgence sociale rattrape nos directions ! de conditions de travail. A travers la grève du 18 décembre, le personnel a montré sa détermination et sa volonté d’agir pour obtenir une véritable prise en compte de l’urgence salariale. Au niveau de notre UGECAM, notre syndicat a fait des propositions, lors des NAO (Négociations Annuelles Obligatoires) sur les modalités d’attribution des points de compétences, levier local à la politique salariale, afin d’obtenir une politique plus juste et transparente. Malheureusement, à nouveau cette année, la direction est restée sourde à nos propositions, se satisfaisant de la situation actuelle, signant de fait l’échec des négociations !...

    Et pourtant l’urgence sociale est telle que, que certains directeurs ont décidé de contourner les directives nationales, en distribuant divers coups de pouce sur le pouvoir d’achat (bons d’achats...). Pas chez nous ! Pour autant, le besoin des salarié.e,s en matière de salaire, ne peut pas se résoudre par l’octroi de pansements, mais par de vrais mesures salariales qui répondent à la perte de pouvoir d’achat...  Télécharger : "l’urgence sociale rattrape nos directions"                                                   Grève Intersyndicale mardi 29 janvier 2019



  • Le 29 janvier, on poursuit l’action dans toute la Sécu...Le 18 décembre 2018, les employé.e.s et cadres des organismes de Sécurité Sociale ont massivement fait grève. A ce jour, l’UCANSS et la Tutelle n’ont répondu à aucune des revendications, et le Directeur de l’UCANSS s’est même interrogé sur « l’opportunité » de la prime présidentielle pour le personnel de la Sécurité! L’intersyndicale estime qu’il est imperatif de poursuivre la mobilisation pour l’évolution de nos salaires, pour nos emplois et nos conditions de travail. C’est dans cette perspective que les fédérations appellent à un nouveau mouvement de grève le 29 janvier (Télécharger « communiqué intersyndical 15 janvier.pdf »).

    La forte mobilisation du 18 décembre a montré à l’employeur la détermination des salarié.e.s. Celle du 29 janvier doit être amplifiée pour que le gouvernement et l’UCANSS répondent favorablement à nos revendications.         Tout augmente, sauf les salaires, Ça suffit !


  • Lors de la réunion de concertation du 8 janvier à l’UCANSS sur le programme des négociations 2019, les organisations syndicales CGT, FO, Sud, CFTC et CGC, suite à la mobilisation du 18 décembre 2018, ont rappelé que des mesures urgentes avaient été demandées, dontToujours rien pour nos salaires et primes ... l’augmentation de la valeur du point et l’attribution d’une prime exceptionnelle. Le directeur de l’UCANSS ne communique pas sur ce sujet, n’ayant pas de mandat pour négocier une augmentation de la valeur du point, ni de lettre décadrage sur l’attribution d’une éventuelle prime. Il annonce juste que ce point est à l’ordre du jour de la réunion du COMEX du 16 janvier. Les syndicats demandent la tenue d’une réunion dès le 17 janvier, le directeur répond qu’il n’est pas disponible et ne propose aucune autre date ! Face à un tel mépris, les organisations syndicales rappellent que cette question est une priorité pour les salarié.e.s , et qu'à défaut de réponse une nouvelle journée d’action sera organisée le 29 janvier.


  • Sortie aujourd’hui du dernier numéro de notre journal « CGT Info », diffusé également en version papier dans tous les établissements.


  • 2019 : la classification à la Sécu, c’est reparti...Les personnels de la Sécurité Sociale sont soumis depuis 2004 à une classification dont la CGT n’est pas signataire. En 2004, la volonté  non affichée de l’employeur, et dénoncée par la CGT, était bien de faire des économies budgétaires sur la masse salariale, mais aussi d’individualiser les salaires. L’ancienneté passée en point contre la précédente qui était en pourcentage, nous en a montré très rapidement les effets pervers en terme dévolution salariale. 

    Après 2 séances de négociation fin 2018, nous ne connaissons toujours pas le montant de l’enveloppe allouée. Cependant l’employeur en remettant des documents sur table annonce avoir le soutien du gouvernement pour négocier cette classification. C’est donc déjà qu’il a l’architecture, les tenants et les aboutissants d’une classification dévoilée seulement par petits bouts aux organisations syndicales ! Sa proposition lors de la réunion du 1 décembre  : une seule grilles sur 8 niveaux (de A à H) avec 4 niveaux employé.e.s et 4 niveaux cadres fusionnant les 4 classifications existantes (administrative - informatuciens - ingenieurs conseils - personnel des établissements). Sur la base de ce document, la CGT revendique : l’augmentation  du nombre de niveaux pour la perspective d’un déroulement de carrière, le déplafonnement des points d’expérience, l’automaticité de l’attribution de pas de compétence... prochaine réunion prévue en février... 


  • La CGT de l’UGECAM Rhône-Alpes, vous présente ses meilleurs vœux
     Bonne Année à toutes et tous ...pour une année 2019 : Revendicative - Combative - Energique - Conquérante - Rebelle - Inventive - Imaginative - Fraternelle et Solidaire .

    Soyons acteur de notre avenir. Nous avons en nous la force et la capacité de peser sur le cours des choses.

    Ensemble pour un vrai progrès social


  • Ce gouvernement n’a rien compris, Imposons notre modèle social !Malgré les mouvements de protestations qui dessinent une lame de fond dans le pays, nos dirigeants continuent à rester sourds, rivés à des schémas archaïques d’une société hiérarchisée et cadenassée. Ils se pensent encore dominants alors que nous tous salariés, étudiants, retraités, privés d’emploi sommes la véritable force. La force productive, la force créatrice, et demain la force qui reprendra son destin en main.

    Ils n’ont décidément rien compris et continuent à s’enfermer dans un entre soi qui les coupe de plus en plus de ce que nous vivons : des salaires qui stagnent, des conditions de vie et de travail qui se dégradent... Dès l’annonce des « mesures » Macron, la CGT a de suite dénoncé la supercherie. De mesures il n’y avait pas, de posture il n’y avait que trop, et de cela nous ne voulons plus. Juste quelques mesurettes pour calmer, mais sacrifiés : hôpitaux, écoles, Sécurité Sociale, logement, jeunesse, fonction publique... Il ne nous reste plus qu’à gagner ! Un tournant social, un vrai ! Imposons notre propre modèle social, tous ensemble, pour et au service de tous. 



  • Mobilisation record mardi 18 sur le Val RosayPlus de 75% de grévistes réunis en A.G. mardi 18 décembre à 13h devant le Val Rosay, une mobilisationMobilisation record mardi 18 sur le Val Rosay record reflet de la colère des salariés.e.s. Les salaires, la classification, les conditions de travail, l’emploi, les ordres professionnels, l’impact des ordonnances Macron... mais aussi le maintien de notre accord local sur l’organisation du temps de travail, ont été les principaux sujets de débats. Ensuite les grévistes se sont dirigés vers le siège de l’UGECAM pour exprimer devant la direction générale leur détermination à défendre leurs acquis, notamment en terme de plannings, roulement, RTT et RA...  Articles de presse : Télécharger « Le Progrès : Val Rosay en grève...»



  • Les fédérations CGT, FO, Sud, CFTC et CGC appellent les salarié.e.s des organismes de Sécurité Sociale à une grève le 18 décembre, jourMobilisation du 18 décembre : toute la sécu en grève !
    de la négociation sur les salaires à l’UCANSS, pour : l’augmentation de la valeur du point, des mesures immédiates en retrapage de la perte de pouvoir d’achat, le remplacement de tous les départs par des embauches en CDI, la mise en place d’une classification qui permette un véritable déroulement des carrières, le respect et le maintien de toutes les dispositions de notre Convention Collective et de nos accord locaux. 

    Les agents de la Sécurité Sociale sont confrontés à la baisse de leur pouvoir d’achat et partagent la colère des salarié.e.s exprimée dans le pays. Pour cette raison, notre syndicat a déposé un préavis de grève sur la journée, 1/2 journée ou 55 mn (de 13h à 13h55). Sur le Val Rosay, les grévistes se rassembleront à 13h en assemblée générale pour échanger et débattre sur la situation locale pour construire ensemble la défense de nos droits et de nos acquis. Télécharger « tract.pdf »


  • Il y a urgence sociale, nous avons besoin d’être entendus, j’agis !Avec la CGT, agissons pour être écoutés ! Aspirer à mieux vivre, s’épanouir dans son travail, et après son travail, sont des aspirations légitimes pour tout salarié, jeune, privé d’emploi et retraité. La garantie de la sécurité sociale, des retraites et de services publics dépend du niveau des salaires. Il faut redonner toute sa valeur au travail. La France est dans le top 3 des dividendes versées aux actionnaires. Il est urgent de redistribuer les richesses créées par le travail aux salariés, jeunes, privés d’emploi et retraités. Parce que les inégalités sociales développent le repli sur soi, le communautarisme et la haine. 

    Pour lutter contre la vie chère, la baisse du pouvoir d’achat, avec la CGT, je revendique : l’augmentation des salaires, la reconnaissance des qualifications, l’égalité professionnelle, une protection sociale de qualité... Pour obtenir satisfaction, ma voix compte : je décide d’agir, de me mobiliser et de m’engager pour ensemble, maintenir nos droits et en gagner de nouveaux. Télécharger «Salaires-Pensions-Emploi-Retraite-Mobilité :  Il y a urgence sociale »


  • Dès juin, sur ce site, nous annoncions une rentrée combative dans la sécu... Elle est là... À force de ne pas être entendu, de subir années après années, la dégradation de nos conditions de travail, les baisses d’effectif, le non respect de nos textes conventionnels, nos salaires bloqués... les fédérations CGT, FO, Sud, CFTC et CGC de la sécurité sociale ont décidé de lancer une pétition pour demander l’augmentation  des salaires, l’arrêt des suppressions d’emplois... et d’appeler l’ensemble des salariés de l’instituion à un mouvement de grève le mardi 18 décembre,  jour où se tient une négociation sur les salaires. 

    Signons tous cette pétition (auprès de vos élu.e. s CGT de votre établissement), et tous et toutes mobilisés le 18 décembre. 

     


  • Négociations Annuelles Obligatoires (NAO) à l'UGECAM-RALors de la première réunion de négociation notre syndicat a de nouveau déposé notre proposition sur les modalité d'attribution des points de compétence (Télécharger « proposition CGT»), afin de tendre vers un système plus juste et transparent. La tension sur les salaires est maximale : non revalorisation de la valeur du point depuis des années, expérience bloquée à 50 points pour de nombreux salariés... dans un tel contexte, il est indispensable d'avoir une politique d'attribution des points de compétence comprise et équitable. Nous espérons être entendu. Nous avons également abordé le droit à la déconnexion pour tous, le respect de nos textes conventionnels notamment sur la valorisation des DU ou autres diplômes et  proposé la possibilité de créditer les jours de fractionnement dès acquis (c'est à dire dès le mois de mai pour certains salariés) afin de pouvoir étaler la prise des congés. Notre syndicat l'avait déjà fait notifié dans l'accord sur l'aménagement du temps de travail sur notre UGECAM, du fait que celui-ci actant la prise des congés sur l'année civile.


  • Ce samedi 24 novembre, journée de mobilisation contre les violences faites aux femmes, avec des marches organisées dans plusieurs villes de France, 39 musiciennes (Olivia Ruiz, Agnès Jaoui, la grande Sophie...), ont repris l’hyme du MLF : « Debout les femmes ». #NousToutes


  • Salaires, pouvoir d’achat, pas tous logés à la même enseigne ! D’un côté, pour les salariés et l’immense majorité des français, Rémunérations : deux poids, deux mesures....l’augmentation de la CSG, des prix de l’énergie, la stagnation des salaires, la baisse des APL, la désindexation des retraites, le retour de l’inflation sont autant d’éléments qui prouvent que la situation, loin de s’améliorer, se détériore, contrairement aux annonces du gouvernement sur l’augmentation du pouvoir d’achat. De l’autre la suppression de l’ISF, une rémunération de plus de 14% pour les dirigeants de grandes entreprises (la plus forte des dix dernières années)... 

    L’écart se creuse entre les plus riches, et les plus pauvres, avec une classe moyenne qui ne cesse de décrocher... et en même temps la solidarité nationale et notre protection sociale mises à mal par les réformes gouvernementales (retraites, sécurité sociale, assurance chômage...).

    La seule véritable solution pour les salariés, retraités, chômeurs, bref tous les citoyens, c’est l’augmentation conséquente des salaires, des pensions...  nécessaire pour le pouvoir d’achat, l’économie et la protection sociale. 


  • La CGT lance une grande consultation inédite auprès des femmes, syndiquées ou pas, en emploi ou non, pour connaître leurs attentes. Prenez une dizaine de minutes pour répondre sur le lien suivant : https://consultation-femmes-cgt


  • Tensions sur les congés dans notre UGECAM...Après les difficultés au niveau de la paye, le compte des congés et/ou RTT pose également problème. Plusieurs salariés nous ont fait part d’erreurs et d’incompréhensions sur le calcul de leurs droits. Encore une conséquence de la centralisation à outrance des fonctions supports. On en voit aujourd’hui toutes les limites et en subissons les conséquences : des services RH au sein des établissements dépouillés à l’extrême avec des salariés en souffrance, ne pouvant plus assurer correctement leurs missions, se trouvant confrontés aux demandes légitimes des salariés à faire valoir leurs droits. Tout ne peut pas être géré directement du siège, il est important et urgent d’avoir les relais suffisants dans tous les établissements pour assurer correctement les missions RH de proximité : éléments de la paye, congés, RTT, récups, demandes de fomations, remboursements de frais... 

    Suite à la demande de plusieurs salariés, nous avons réalisé un « Mémo des droits à congés et RTT », afin qu’ils puissent connaître et comprendre leurs droits (Télécharger « Mémo.pdf »). Notre syndicat interviendra à nouveau, auprès de la Direction Générale, pour demander les renforts nécessaires dans les tous services RH des établissements. 


  • Le gouvernement vient de porter un coup très dur à l’accès à la formation continue qualifiante, en instituant un compte personnel Les dessous du Compte Personnel de Formation (CPF)en euros. La monétisation de ce compte constitue l’escroquerie la plus flagrante de cette réforme. Au prétexte de « liberté de choisir son avenir  professionnel », le gouvernement en réduit les droits. 

    Aujourd’hui, un salarié ayant acquis 150 heures bénéficient d’un financement moyen de 5250 à 6000 euros. Au 1er janvier, ces mêmes 150 heures seront valorisées à 2142 euros (soit une perte nette oscillant entre 3108 et 3858 euros) !

    Au delà de la perte de droit, la monétisation du CPF permet aussi de ne plus lier l’accès à formation à la durée du travail et ainsi développer la formation en dehors du temps de travail... Encore une « avancée sociale » qui nous ramène au début du 20ème siècle !


  • Le gouvernement taxe les prestations du Comité d’Entreprise !Dans le cadre de l’examen du Projet de Loi de Financement de la Sécurité Sociale 2019, l’Assemblée Nationale a adopté un amendement visant à modifier les modalités d’attribution des activités sociales et culturelles des CE, en taxant les prestations délivrées par ceux-ci ! L’amendement n°252 instaure un plafonnement d’exonération de 331 euros par an et par salarié (662 en cas d’enfant à charge) applicable sur l’ensemble des prestations, et le sous-amendement n°1589 permet la fiscalisation sur le volume des chèques vacances.

    Il s’agit d’une attaque sans précédent contre le droit aux vacances, l’accès à la culture et au sport pour toutes et tous. Ces attaques visent à faire payer aux salarié.e.s le redressement du budget de l’Etat et de la Sécurité Sociale. La CGT va dès à présent passer à l’offensive et interpeller les députés dans leur circonscription pour exiger le retrait de ces dispositions. 


  • En France, en Europe et à l'international, les différentes réformes de retraites et leurs conséquences. Le point de vue de Bernard Thibault, représentant des travailleurs au conseil d'administration de Bureau International du Travail.





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique