• Sortie aujourd’hui du dernier numéro de notre journal « CGT Info », diffusé également en version papier dans tous les établissements.

     


  • Pétition en ligne : Augmentation de la valeur du point
    Vous pouvez signer  la pétition en ligne pour la revalorisation de la valeur du point dans la sécurité sociale :

     https://www.change.org/augmentez-la-valeur-du-point-pour-tous-les-salariés 


  • La crise sanitaire a mis en lumière les maux de notre système de santé. Ils prennent leurBonne Année 2022 source dans les politiques successives dont le seul objectif était la réduction des coûts. Le personnel a été mis à rude épreuve, il est à bout! Certains ont déjà fuient ces professions mal rémunérées avec des conditions de travail insoutenables, d’autres s’interrogent. Alors même que la crise à mis en évidence l’état de notre système de santé, le gouvernement poursuivait encore et toujours ces mêmes politiques économiques destructives en supprimant encore 5700 lits en 2020 ! Et ce n’est pas le Ségur de la Santé, dont on connait les insuffisances et les injustices, qui pourra répondre aux besoins indispensables pour remettre sur pieds notre système. C’est un changement radical de politique de santé qui permettra de répondre aux besoins de santé publique. En 2022, il y a urgence, tous à notre niveau, nous devons trouver le courage, la ténacité et la détermination nécessaire pour qu’ensemble nous repoussions ces politiques libérales et puissions construire une société plus juste et solidaire. La CGT ne cessera de mener ce combat.

    Heureuse année à toutes, à tous et à vos proches 


  • 17600 lits d’hospitalisation fermés en 4 ans !Le gouvernement actuel a fermé 17600 lits à l’hôpital sur ces 4 dernières année (4300 en 2017 - 4200 en 2018 - 3400 en 2019 et 5700 en 2020). Ces chiffres sont issus de le Statistique Annuelle des Établissements de santé (SAE), une enquête administrative exhaustive et obligatoire réalisée chaque année par la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (Dress). Chaque année, tous les établissements de santé français (publics, privés à but non lucratif et privés à but lucratif) fournissent les informations sur leur activité, leurs capacités, leurs équipements et leurs personnels médicaux et non médicaux, la Dress publie un rapport annuel au début de l’automne faisant état du nombre de lits d’hospitalisation.

    Malgré la crise sanitaire, malgré les promesses du ministre de la santé lors du Ségur qui assurait « en avoir fini avec le dogme de la fermeture de lits » et promettait l’ouverture de 4000 lits, l’hémorragie se poursuit. « On demande à l’hôpital de réduire ses dépenses, de réduire son budget alors que la population augmente et vieillit » regrettait en avril dernier Nathalie Coutinet, économiste de la santé interrogée par France Culture. Pressés par les plans d’économies, les établissements de santé procèdent inévitablement à des suppressions de lits. Il est temps de changer de politique, sortir de cette gestion uniquement économique de notre système de santé qui aujourd’hui n’est plus capable répondre aux besoins de la population ! 


  • Malgré la mobilisation massive du personnel le 13 décembre 2021 pour une augmentation significative de la valeurPétition : Augmentation de la valeur du point l On lâche rien ! du point, notre employeur reste opposé à la mise en place de mesures collectives (comme la revalorisation du point), préférant des mesures individuelles qui ne font que diviser les salariés. Sa proposition axée principalement sur les bas salaires contribuerait à poursuivre le tassement des salaires par le bas. 
    C’est pourquoi l’intersyndicale réaffirme que seule une augmentation significative de la valeur du point est de nature à répondre aux conséquences de l’augmentation du coût de la vie pour l’ensemble du personnel. 
    La prochaine réunion de négociation étant prévue le 18 janvier 2022, les organisations syndicales décident de continuer la mobilisation pour exiger l’augmentation de la valeur du point, et appellent à signer massivement cette pétition :  Télécharger « Communiqué : Pétition .pdf » . La CGT la met à disposition de l’ensemble du personnel sur tous les établissements et le siège de notre UGECAM (contactez vos élu.e.s CGT sur votre site).



  • Les salariés de l'UGECAM massivement mobilisés !Le 13 décembre, le personnel était massivement en grève (plus de 35%) pour exiger une revalorisation de la valeur du point. Depuis 10 ans, les salaires n'ont pas été revalorisés, aujourd'hui les 3 premiers niveaux de notre grille salariale sont en dessous du SMIC !

    Inadmissible - Combien de salariés pauvres à la Sécu - Cette situation ne peut plus durer ! Alors que le gouvernement annonce des augmentations de salaires pour tous les soignants, à l'UGECAM les aides -soignants  sont en dessous du SMIC !

    Rassemblés devant le siège de l'UGECAM pour interpeler (en chanson Télécharger « Chanson grève .pdf ») le Conseil et la Direction Générale, les salariés ont exprimé leur ras l'bol et leur colère face à la dégradation de leur conditions de travail et de rémunération. Ils attendent une réponse forte de notre employeur, avec une revalorisation conséquente de la valeur du point.



  • Face au mépris de l'employeur et l'absence d'augmentation des salaires depuis plus de 10 ans, la mobilisation de toutes Le 13 décembre : Tous en grève et dans l'action pour nos Salaireset tous est plus qu'urgente. Le 13 décembre, jour de la négociation nationale sur les salaires, chacun doit s'inscrire dans cette grande journée d'action et être visible en participant aux rassemblements locaux.

    Stop à la paupérisation des salariés de la Sécu ! Oui à la reconnaissance des qualifications, des missions, de l’investissement du personnel. Cela passe par l'augmentation de la valeur du point à 10 Euros, seille mesure collective qui permette de travailler et vivre dignement aujourd'hui.

       Toutes et tous en Grève Lundi 13 Décembre                                  Rassemblement à 13h30 devant le siège de l'UGECAM






  • Mon travail le vaut bien !La crise sanitaire a permis à toutes et tous de prendre conscience de l’utilité sociale des métiers du soin et du lien avec les autres. Mais ces professions essentielles, hier applaudies au balcon, sont toujours dévalorisées et sous-payées… parce que féminisées !

    La CGT lance une enquête « mon travail le vaut bien ! ». Pour parler de notre travail, de nos responsabilités, des contraintes et des difficultés de nos métiers. Pour donner notre avis sur les manières de revaloriser nos professions du soin et du lien aux autres. 
    Les résultats seront publiés dans le cadre de travaux de recherche et serviront à alimenter une campagne de la CGT, pour qu’enfin les métiers féminisés soient reconnus à leur juste valeur… parce que notre travail le vaut bien !

    lien enquête : https://montravaillevautbien.fr/


  • Salaires, emplois, conditions de travail, les mobilisations se multiplient dans de nombreux organismes de Sécurité Sociale. Il Le point à 10€ maintenant…. Un point c’est tout !est plus que temps de reconnaître leur professionnalisme et leur implication. Pour la CGT, le double enjeu d’attractivité et de fidélisation passera aussi par l’augmentation de la valeur du point. Avec le gel de la valeur du point depuis 2010, c’est aujourd’hui un troisième niveau de nos grilles de rémunérations qui passe en dessous du SMIC ! Les salariés subissent un décrochage inquiétant par rapport au coût de la vie, nous assistons à une paupérisation des salariés de la Sécu.

    Tout augmente, sauf les salaires ! Les salariés, avec la CGT, maintiendront la pression sur notre employeur afin d’obtenir satisfaction sur notre légitime revendication salariale à l’occasion de la réunion de négociations du 13 décembre. Lire le communiqué CGT : Télécharger «déclaration CGT.pdf »


  • Sortie aujourd’hui du dernier numéro de notre journal « CGT Info », diffusé également en version papier dans tous les établissements.


  •                  

    Débat entre Michel Husson (économiste), Barbara Romagnan (parlementaire, rapportrice du rapport sur le passage aux 35h) et Baptiste Talbot (membre de la CGT).


  • Pole Violette Germain : Visite du CSE : Analyse des conditions de travailDepuis plusieurs mois, notre syndicat intervient régulièrement sur les difficultés rencontrées par les salariés de ces établissements (MAS et FAM Violette Germain) : sous-effectif, surcharge de travail, absentéisme, organisation du travail, turn-over, management,... A cela s'ajoute, l'inqualifiable injustice du Ségur de la Santé, où les professionnels des établissements médico-sociaux ne sont toujours pas bénéficiaires (et seulement quelques uns le seront à partir de janvier 2022), qui rend impossible les possibilités de recrutement, Si bien que d'une situation déjà très compliquée, nous aboutissons à une situation encore plus dégradée.

    Les élu.e.s CGT du CSE ont déposé une alerte et prévue une visite en lien avec la CSSCT et la direction du site pour analyser les conditions de travail. Première visite prévue vendredi 15 octobre, pour rencontrer les salariés, échanger avec toutes les équipes, évaluer les conditions  matérielles et physiques de travail, les exigences du travail, les relations professionnelles....  et recueillir les avis, et suggestions des professionnels.


  • L'UD CGT est coorganisateur du Festival : "Du MLF à aujourd'hui : 50 ans de lutte des Femmes" qui se déroulera à Lyon du 8 au 17 octobre. Cliquez sur le Programme ci-joint

    Féministes tant qu'il le faudra ! -  50 ans de lutte des Femmes      Féministes tant qu'il le faudra ! -  50 ans de lutte des Femmes


  • Le 5 octobre Toutes et Tous en grève et manifestations pour :

    1. Augmentation de nos salairesLe 5 octobre : 5 bonnes raisons de se mobiliser
    2. Amélioration de nos conditions de travail
    3. Des embauches 
    4. Développement de notre protection sociale 
    5. Renforcement de notre système de retraite

    Alors n’hésitons pas, c’est ensemble que nous gagnerons.

    Manifestation Lyon : 11h Manufacture des tabacs / Bellecour 






  • 32 heures - Semaine de 4 jours : La presse en parle !Le journal "Libération" consacrait un 4 pages, dans son  édition du 23 aout, à la32 heures - Semaine de 4 jours : La presse en parle ! réduction du temps de travail, avec le passage aux 32h sur 4 jours. Plusieurs articles évoquent le bénéfices aussi bien pour les entreprises que pour les salariés (cliuez sur les images). L'idée de la semaine de 4 jours, défendue et portée par la CGT, est reprise par de plus en plus d'acteurs non seulement syndicaux mais aussi économiques et politiques. Plusieurs études montrent qu'un passage généralisé aux 32 heures, permettrait de créer 1.5 à 2 millions d'emplois. Des entreprise se sont déjà lancées (LDLC à Limonest par exemple) et plusieurs pays comme l'Islande, l' Espagne et même le Japon les mettent en place.

    Et pourquoi pas nous ! Pourquoi ne pas étudier cette piste sérieusement ? D'autant que la présidentielle est dans huit mois et que l'organisation du travail, bousculée par la crise sanitaire, pourrait être et devrait être l'un des thèmes majeurs du débat. Du moins nous l'espérons, car c'est un sujet qui structure la société, confrontant vie personnelle et vie professionnelle.


  • Temps de travail : un accord possible sur le Val Rosay !Après 6 mois de mise en place des nouvelles organisations de travail sur le Val Rosay, les IDE/ASD des services d’hospitalisation complète nous ont fait remonter des difficultés importantes, notamment au niveau des plannings et roulements, avec une intensification inquiétante  et dangereuse de la pénibilité. La direction ne proposant que des modifications à la marge, totalement insuffisantes, qui ne permettaient en rien d’améliorer la situation, les professionnels se sont largement mobilisés le 22 juin (plus de 95% de grévistes) pour se faire entendre. Suite à ce mouvement, notre syndicat a déposé des revendications et propositions. 
    Mardi 17 août, lors d’une réunion de concertation avec les directions régionale et de l’établissement, nous avons pu trouver un accord sur le cadrage permettant la modification des plannings et roulements, avec notamment l’introduction de plus de repos sur le cycle et un rythme de travail plus adapté. Un groupe de travail va maintenant plancher sur les modifications de plannings, en fonction des termes de cet accord, pour une mise en place prévue en début d’année prochaine.



  • La cible à combattre doit être le virus, pas les salariés !La CGT réaffirme, avec force et sans ambigüité, sa position sur la nécessité de la vaccination pour combattre efficacement la pandémie mais s'oppose à l'obligation vaccinale, ainsi qu'à toutes mesures antisociales. La voie de la conviction est préférable : Convaincre sans Contraindre ! La CGT rappelle qu'elle est farouchement attachée à la liberté individuelle de chacun, un des socles de notre démocratie.

    Nous déplorons la culpabilisation des personnels du sanitaire et du médico-social. Depuis le début de la crise sanitaire tout et son contraire a été dit : ils ont été contraint de travailler, au début de l'épidémie, sans protection individuelle (pénurie de masques et sur-blouses) et sans organisation de travail cohérente, puis à venir travailler en étant positif asymptomatique, jusqu'en février 2021. Et là, le gouvernement veut se dédouaner de ses manquements et déplacer la responsabilité sur les soignants. Les personnels qui n'en peuvent plus, ils sont épuisés physiquement et moralement. Un grand nombre est en burn-out, d'autres démissionnent. En retour ils ne reçoivent que du mépris et de la stigmatisation de la part de ce gouvernement. Une loi faisant peser des menaces sur les professionnels, ne peut être la réponse à cette crise sanitaire. Car nous avons urgemment besoin de reconnaissance salariale mais aussi de lits supplémentaires, et de moyens humains avec des effectifs suffisants qui permettent d'accueillir, d'accompagner et de prendre soin de la population.  Lire : Communiqué de Presse CGT : Non au flicage et a la régression sociale


  • Val Rosay / Tresserve : les salariés mobilisésMardi 22 juin sur le Val Rosay, jeudi 22 juillet sur Tresserve (Télécharger ; article presse), les salariés étaient en grève pour dénoncer leurs conditions de travail inacceptables. Deux mobilisations massivement suivies, preuve de la colère et du ras l’bol des agents, qui n’en peuvent plus. Sur ces 2 établissements, les salariés ont déposés leurs revendications et porté des propositions, tant en terme de plannings, d’effectif, que de valorisations et compensations salariales.

    La situation actuelle ne peut plus durer, le rythme de travail n’est plus tenable mettant en danger la santé des salariés. Au regard des conditions de travail actuelles, certains professionnels ont déjà démissionné, d’autres s’interrogent et sont prêts à le faire. Il est urgent que nos directions entendent les salariés et répondent aux propositions. Leur silence actuel est assourdissant et dangereux pour l’avenir même de nos établissements !

    La CGT ne lâchera rien ! Nous attendons de vraies réponses, pas de demi-mesures, qui ne satisfont personne et ne règlent aucun problème. Les salariés restent mobilisés et seront si besoin se faire entendre encore plus fort ! 






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires