• La résistance aux ordres professionnels, initiée par la CGT, est loin d’être close. Une nouvelle bataille s’est annoncée avec la publication,Pétition : NON à l’Ordre National Infirmier cet été, du décret portant sur l’inscription obligatoire à l’Ordre National Infimier (ONI). Les ordres sont une armes redoutables, que les gouvernements utilisent pour accompagner leurs réformes néo-libérales dans le champ du sanitaire et du médico-social. Pour cela, ils ont besoin d’alliés malléables ! Depuis 12 ans, les IDE rejettent avec énergie la mise en place de leur ordre professionnel. Sur 680000 IDE exerçant en France, 30% seulement sont inscrit.e.s à l’ordre (dont 15% exerçant en libéral). Cela montre les réticences et le refus des professionnel.le.s à adhérer à l’ONI.

    La CGT s’est engagée pleinement auprès des IDE, elle est la seule organisation syndicale à avoir engagé des recours pour obtenir l’abrogation du décret. Pour être entendu, elle soumet également à signature une pétition qui sera transmise au ministère de la santé et des solidarités. Vous pourrez la signer auprès de vos élu.e.s CGT dans tous les établissements de notre UGECAM. Télécharger «pétition contre l’ordre infirmier.pdf ».


  • Le festival Lyon BD et la chaîne télévisée Arte ont créé l’exposition  Réfugiés, que Villeurbanne accueille au 2ème étage de l’hôtel de Expo : Les réfugiés sous l’œil de la Bande Dessinnéeville (place Lazare Goujon), jusqu’au 16 novembre (du lundi au vendredi, de 9h à 17h). Depuis de nombreuses années, les scénaristes et illustrateur.ice.s de BD sont nombreux à s’engager, à raconter et dessiner l’exil et les grandes crises migratoires. L’exposition explore la manière dont le 9ème art se fait porte-voix et miroir d’une époque. 

    Vous pourrez découvrir quelques planches en cliquant sur les liens suivants :


  • Sortie aujourd’hui du dernier numéro de notre journal « CGT Info », diffusé également en version papier dans tous les établissements.



  • Un accord sur les plannings au PlovierAprès  plusieurs mois de concertation, un accord vient d'être trouvé sur des nouveaux plannings. La direction s’était engagée dans un travail de refonte totale, du fait d’inégalités de traitement instaurées au fil des années dans les plannings actuels. Elle a tout d’abord proposé un nouveau roulement, rejeté par les salariés, celui-ci imposait un rythme de travail insoutenable qui aurait été inévitablement source d’absentéisme. Si à l’origine, l’équipe de direction restait fermée sur ses principes (notamment sur le temps de travail quotidien), dans le but de trouver un accord, elle a accepté d’étudier d’autres propositions.

    Nous ne pouvons que saluer ce retour au dialogue qui seul a permis de trouver une solution partagée. Nous espérons vivement que cette méthode de concertation puisse être généralisée sur l’ensemble des établissements. Il demeure tout de même un écueil important : un effectif de base insuffisant, à lui seul facteur de pénibilité. 






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires