• Le CE Rhône relance l’alerteLors de le réunion plénière du CE Rhône du 22 février, les élu.e.s CGT sont à nouveau intervenu.e.s pour parler des difficultés rencontrées sur les sites du Val Rosay et de la Maisonnée (activité, tension sur le recrutement de certaines professions, problème de dialogue et de management...), ainsi que de l’inquiétude des salariés. Par rapport à nos précédentes alertes, la direction a infléchi son discours, plus de « tout va bien »... d’autant que le départ de cadres sur le Val Rosay fragilise encore plus une situation déjà bien compliquée. 

    La CGT a dénoncé un problème de pilotage, de dialogue et d’écoute. Il est important et capital, afin d’eviter de telles situations, que les alertes, les suggestions et les propositions des représentants du personnel ou des salariés soient entendues. Depuis plusieurs mois elles ont pourtant été nombreuses : difficultés du 2Nord, concentration d’une charge de travail physique et psychologique sur le 4Est, nécessité d’anticiper les remplacements sur certaines professions notamment médicales, management sur la Maisonnée... En vain, et nous le regrettons, certains problèmes peuvent être éviter ou résolus par le dialogue. La direction pense qu’il convient de mieux communiquer, mais le problème n’est pas de communiquer mais d’écouter ! 


  • Aujourd’hui, le contexte de libéralisation s’accompagne de déréglementations et de réformes générales des politiques publiques. CesService public : partout, pour tous ! réformes vont à l´encontre de la réponse aux besoins des populations. Les politiques d’austérité privent les services publics des moyens de financement nécessaires. Il en résulte un recul des services de proximité, pénalisant aussi bien les populations rurales que péri-urbaines. La semaine dernière, le rapport Spinetta évoquait la disparition de 9000 km de lignes secondaires, dont. Depuis déjà quelques années l’accès à la santé est rendu complexe avec la fermeture d’hopitaux locaux. Les UGECAM ne sont pas épargnées par ces politiques, avec le regroupement de plusieurs établissements sur un seul site, comme le Val Rosay par exemple.

    Pour la CGT, l’organisation et la gestion des services publics doivent sortir des logiques de marchés. Les services publics, et les salariés qui les mettent en œuvre, ne doivent plus répondre à des objectifs fixés au travers des critères de profit, de rentabilité et de compétitivité, mais relever des critères de réponse aux besoins des populations. 


  • Rencontre avec les directions de la MAS, Tresserve / BuissonnièreAccompagné des élu.e.s de ces établissements, notre syndicat a  rencontré cette semaine les directeurs de la MAS, de Tresserve et de la Buissonnière. Nous avons trouvé des directions disponibles et à l'écoute. Les échanges ont été intéressants, de qualité, même si parfois certains sujets restent sensibles, ils nous ont permis d’aborder différentes problématiques, telles que le recours au CDD essentiellement sur la MAS, le management, les horaires variables... mais aussi l’avenir des établissements et notamment celui de la Buissonnière.

    Dans le contexte actuel, il est important de consolider notre dialogue social, pour faire face aux enjeux et défis qui se dessinent pour les prochaines années. La CGT défend et se bat au quotidien pour le maintien de tous les établissements au sein de l’UGECAM, la baisse de la précarité, des rémunérations justes et transparentes, ainsi que l'amélioration de nos conditions de travail.


  •  « Burn-out », cette maladie des temps modernes, ce fléau lié au travail, frappe particulièrement les professionnels de santé (médecinsLe « burn-out », les professionnels de santé les plus touchés..., infirmier.e.s...). D’après des études menées en 2015 et 2016, près de la moitié des professionnels de santé estime avoir été concernée par un burn-out. Restructurations, réformes successives, sous-effectif.... trop de stress, trop de pression... sentiment de culpabilité... et un jour le corps lâche... Les salariés de notre UGECAM ne sont pas épargnés, la souffrance au travail se généralise, avec aussi certains problèmes de management, d’écoute et de dialogue. La fin programmée des CHSCT, prévue dans les ordonnances, va fragiliser encore plus la prise en compte de cette souffrance.

    Reconnaître le burn-out comme maladie professionnelle : le débat a été relancé le 1er février par François Ruffin (député de la France Insoumise), qui a défendu à l’Assemblée Nationale une proposition de loi en ce sens. En vain. Les opposants à cette reconnaissance arguent de la dimension multifactorielle des maladies psychiques !



  • Inquiétude sur notre UGECAM, la CGT donne l’alerte...Depuis plusieurs mois, nous avons le sentiment, qu’au delà des problèmes budgétaires, le bon fonctionnement de notre UGECAM est menacé : baisse de l’activité sur plusieurs établissements, hausse de l’absentéisme, réorganisations mal maîtrisées mettant à mal les équipes concernées (nous avons déjà évoqué la centralisation de la paie et plus récemment l’articulation IDE/AP sur la Maisonnée), management toujours problématique sur certains sites malgré notre interpellation de la Direction Générale à ce sujet lors du dernier CCE, poursuite du turnover des directions avec plusieurs departs de directrices sur 2017 et en ce début d’année celui du directeur des établissements du Plovier, de l’IME les Sources et de la Chantourne. Bref, nous avons des difficultés à comprendre la stratégie globale, les orientations, la politique RH et certaines mesures ou décisions prises. 

    Nous avons interpellé notre Direction Générale pour lui faire part de notre inquiétude et de celle de nombreux salariés. Si très souvent on nous tient un discours alarmiste, là c’était plutôt l’inverse.... ce qui n’est pas plus rassurant ! Nous espérons que nos alertes, mais également celles des salariés ainsi que les suggestions et propositions des professionnels de terrain soient enfin entendues, il en va du bon fonctionnement de nos établissements. 


  • La CGT lance le 1er site d’action pour l’égalité professionnelle C'est bien simple, en terme d'égalité professionnelle 60% des entreprises ne respectent pas la loi et seules 0.2% ont été sanctionnées. Face à ce constat alarmant, la CGT a créé egalite-professionnelle.cgt.fr. Le site permet notamment de vérifier si votre entreprise est dans la légalité et d’agir concrètement. En cas de non respect, le site egalite-professionnelle.cgt.fr met à disposition des courriers types pour exiger des sanctions par l’inspection du travail si l’entreprise n’a pas d’accord ou pas de plan d’action ou si ces derniers ne sont pas conformes à la loi. Le site propose également de comprendre les mécanismes d’inégalités, à travers 5 vidéos réalisées grâce à l’apport d’universitaires spécialistes de l’égalité femmes-hommes. Pour se défendre il faut connaître ses droits, c’est pourquoi les utilisateurs peuvent trouver un rappel des droits des femmes salariées sur les discriminations à l’embauche et dans la carrière, la maternité et la parentalité, ou encore le sexisme et les violences.

    2186, c’est l’année où, si l’on continue à ce rythme, les inégalités femmes-hommes seront enfin résorbées... Alors agissons dès maintenant !






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires